A Travellerspoint blog

Les réalités malienne...

sunny 40 °C

Les deux dernières semaines ont vraiment été bizarre… Je ne sais même pas par ou commencer… mais bon allons’y par le début, c’est-à-dire là où j’ai arrêtée la dernière fois.

Après un weekend bien relax avec des amis canadien et malien, j’offre le lundi matin a Youssouf de venir prendre le petit déjeuné avec moi à la maison, en échange il doit arrêter acheter des croissant tout frais (il est mon pusher de croissants!) a la boulangerie tout près de chez lui, et venir me reconduire au boulot par la suite. OK j’admets comme ça on dirait que c’est plus un deal pour moi que pour lui, mais bon, tous en tirons profit je vous en assure ;). Alors que nous mangeons un méga déjeuné – croissant, fruits et jus de fruit frais, fromage, etc, nous étions en même temps victime de vol. Hey oui ! La moto toute neuve de Youssouf c’est fait voler dans l’entrée même du garage du bloc appartement. Il semblerait que le vol a été commis quelques minutes avant que nous arrivions en bas. Le plus frustrant est que plusieurs personnes du bloc ont vu les voleurs, mais personne a réagit… croyant –supposément- que c’était un pot a Youssouf et que bref c’était normal qu’il quitte ainsi avec sa moto! Non mais... et que dire de notre gardien qui a été introuvable les minutes qui ont suivi le tout! Certes, un rapport de vol a été fait – le tout semble plus organiser ici qu’en Tanzanie! Mais comme tout le monde dit par ici à l’heure actuelle la moto est surement en pièce détachés pour être revendu dans un autre coin de la ville ou encore pays de la sous-région. Il faut le dire, cela commence mal la semaine! Semaine où Youssouf a grandement souffert des commentaires des gens du quartier et de son boulot. Les personnes disait qu’il avait inventé cette histoire pour toucher de l’argent car il était trop endetté et d’autres histoires du genre…. Les gens semblent aimés s’abattre sur les malheurs des autres….

Le reste de la journée a été plutôt au ralentit côté boulot, je me sentais en parti coupable du vol de moto. Donc pour me changer les idées Julie et moi avons décidées d’aller magasiner pour des vêtements. Bon il faut le dire a Bamako il n’y a pas de méga centre a la mode ou encore de centre d’achat… donc nous nous sommes retrouvées au Marché de Médine avec Chaka comme guide (ce marché est un vrai labyrinthe) a faire le tour des ilots a friperies…. Mais je vous jure les amis j’ai fait de vraiment belles découvertes et le tout vraiment pas cher. Bon ok, Chaka négociait pas mal séré pour nous, mais quand même… Là je vous entends dire, mais pourquoi elle magasine pour des vêtements alors qu’elle est la pour quelques mois? Bien voyez vous, c’est qu’ici nous n’avons pas de machine à laver ni de sécheuse. Donc la planche a lavé de nos grands-mères et arrières grands-mères, ainsi que la brosse que nos pères utilisent pour laver les pneus des voitures sont utilisés à titre de valleuse alors que le soleil est le substitut de la sécheuse… Résultat : les vêtements sont rapidement décolorer, difforme et surtout troué!

IMG_0234.jpg

Mardi et mercredi les 17 et 18 juin ont été, je dois le dire, 2 journées vraiment difficiles cotées boulot. Alors que j’ai prit l’initiative de relancer le partenaires avec qui je suis jumelé, car en théorie le congrès a eu lieu et les problèmes de l’organisation devrait être régler (congrès dont je n’ai pas été invité, ni même informé, et qui finalement a remit le même bureau en place que celui que l’on voulait mettre dehors depuis des mois!), afin de voir ce que nous pouvons faire avec le temps qui me reste (2 mois et quelques semaines), il me donne RDV au bureau, le lendemain. Je m’y rends, pour finalement me faire dire qu’il est en réunion toute la journée, il fini par me téléphoner pour me dire que tout doit être reporter le lendemain… et là mes amis… il m’a littéralement crier par la tête, insulter et exiger d’être au bureau malgré que j’ai déjà été demander ailleurs pour un autre projet – toujours dans le cadre du même Programme-, alors que je suis ici depuis 4 mois a pratiquement rien faire, a cause des problèmes interne de son organisation et là maintenant monsieur exige que je sois a son entière disponibilité… désolé, mais moi je ne suis pas rester les bras croisés tout ce temps, j’ai été mandaté par le directeur sur un autre projet, et demain j’ai RDV avec eux. Très limite je peux comprendre que culturellement les malien aime bien se crier un sur l’autre, surtout l’ethnie de mon homologue partenaire, mais vraiment, là il a plus que dépassés les bornes. Il va sens dire que depuis il a un froid entre nous… Et que cette histoire ne joue pas en ca faveur pour que je prolonge mon contrat.

Le jeudi 19 au soir, Philippe Jean (Directeur régional du CECI en Afrique) et Alassane (Directeur CECI-Mali) ont organisés une soirée sur le toit du bureau avec tout les partenaires et coopérants. Il va sen dire que cela fut une belle soirée pour échanger avec tout le monde, ainsi que pour bien manger.

Le lendemain midi j’allais manger avec le mari d’une des coopérantes du programme, mais également le directeur des programmes de l’ACDI au Mali. Nous avons vraiment beaucoup échangé et discuté. Non seulement il m’a donné plusieurs trucs, mais également donné des contacts et des moyens de mettre mes expériences en valeur ainsi que me guider dans mes choix de contrats/emplois afin d’atteindre mon ultime but de carrière. Bref, ce fut un repas fort intéressant et enrichissant. Maintenant il faut mettre le tout en pratique et travailler fort pour obtenir ce que je veux.

Dans la nuit de vendredi à samedi il y a eu une méga tempête, je vous assure c’était complètement débile, le vent soufflait tellement que le lendemain, bien que tout les fenêtres étaient fermées j’avais plus de 1 pouce de poussière partout dans la maison. Je vous assure, juste le temps de me lever du lit pour aller fermé la fenêtre de ma chambre j’avais tout plein de petites roches et grain de poussière dans mon lit. Le matin dès ma sortie du lit j’ai laissé mes traces de pas sur le sol poussiéreux. Résultat, j’ai passé plus de 2 heures à balayer partout, forcément ne voulant pas que le vent des ventilos bouzille mon boulot j’ai fait le tout dans la chaleur la plus total… Ce qui m’a permit d’avoir encore plus de reconnaissance pour les bonnes maliennes!

Samedi le 19 juin, était un grand jour, Alpha Blondy donnait un concert au Stade Modibo Keita.

IMG_0246.jpg

Tout le monde en parlait depuis des semaines, évidement notre petit groupe avions nos billets et avions préparé notre soirée depuis un moment. Les gens nous avait également dit que cela pouvait devenir rock n’roll, donc nous avions décidé de prendre des billets au sol là ou il y a plus de présence policières et donc par déduction occidental plus de sécurité…. Oh là, là mes amis….. Cela fut tout le contraire. Bien que nous avions payé le double du prix des gens des extrades il était super compliqué d’avoir accès a la porte d’entrée du centre du stade (la ou il y a la pelouse), nous nous sommes fait tellement bousculer et tirailler… Je vous assure, tous avons mangé des coups de matraques… Une fois dans le stade, les comptoirs de vente de bières/eau/sucreries et autres était plus occupé par des policiers, armés et autre personnel de sécurité que de spectateur! Résultats, ainsi durant la soirée des cordons de sécurité se formait et tous étions littéralement bousculer pour ne pas dire projeter vers l’arrière… subissant ainsi encore une fois des coups et blessures.

Bon, disons que je suis restée très amère de mon expérience et avec ce mouvement de foule imprévisible vous concertez a dire qu’il est difficile de pleinement apprécier le spectacle. En plus, personnellement je trouvais que l’ambiance était pas super, du moins sur la pelouse, tous étions sur nos gardes et finalement je n’ai pas trouvé Monsieur Blondy aussi dynamique que je me l’imaginais.

Le lendemain, dimanche j’ai prit tout mon temps pour me lever du lit, mon corps était en douleur de partout, et que dire de la fatigue, nous étions rentrée aux petites heures du matin… La journée a été tranquille à la piscine de l’hôtel Sofitel

IMG_02591.jpg

suivi d’un bon souper au Café Broadway… Resto typique « américain »… une fois de temps en temps ca fait de manger de la bouffe de chez nous…. Et surtout de manger des desserts cochons!

IMG_0264.jpg

Lundi matin, 10 jours après que mes parents m’est envoyés un colis qui devait prendre quelques jours pour arrivé a ma porte j’ai décidé de prendre les choses en mains sérieusement. Non mais, vraiment… il y a des limites… DHL (la compagnie de poste privée express!) a dit a ma mère que le colis était a Bamako en dédouanent, alors que le tracking #, indique que le colis est a Dakar au Sénégal. Quelques coups de téléphones d’ici m’indiquent également que le colis est à Bamako depuis 4 jours. Je me rends directement a l’aéroport, après avoir négocié avec la directrice d’un projet du CECI pour avoir un véhicule et un chauffeur, ce chauffeur étant mon grand-frère. Bref, nous avons quitté pour l’aéroport à 11h et nous étions de retour au bureau à 14h15. Non mais tout ce temps à courir d’un bureau a l’autre pour faire libéré mon colis et se sans payer. Car me semble que si le colis doit être livré a la porte cela veut dire par définition qu’il n y a plus rien à payer. Mais là parce que mon colis est bloquer là bas, je dois payer 35 $ de frais de dossier de douane (car on n’avait oublier t’écrire mon # de téléphone et celui du CECI) et donc on pouvait pas me téléphoner pour me dire que le colis était arrivé, alors que le numéro était écrit sur la boite ET surtout que le superviseur de DHL est capable de me nommer le noms de 3 personnes qui travaille au CECI (DHL est la seul compagnie avec le CECI fait affaire pour tout leur envoi postaux internationaux!) mais n’arrive pas a trouver le numéro de téléphone du bureau. Non, mais! Donc parce que DHL a du ouvrir un dossier de douane et que mon colis a occupé de l’espace dans l’entrepôt je dois payer pour son séjour la bas (l’entrepôt devait faire 20m par 20m et contenait au maximum 6 colis!). Le montent exiger était de plus de 250S. Finalement après mainte négociations et rencontres (Merci grand frère), on signe les documents et on me charge 1$ de frais pour les photocopies des documents. Non mais finalement le tout est de leur faute de pas n’avoir travaillé fort, fort pour trouver le numéro de téléphone du CECI-Mali, ou même d’avoir téléphoné mes parents a Montréal pour avoir mon numéro ici, ou encore de simplement regarder sur le colis qui avait tous les numéraux de téléphones directement sur l’étiquette. Bref, j’ai finalement pu avoir accès a mon colis, une fois que les douaniers est ouvert le tout est littéralement vidé tout son contenu directement sur le sol. Je suis repartie avec tous mes trucs à moitié dans la boite et dans un sac de plastique, car on me pressait de quitter les lieux, pour des raisons de sécurité!!!! Les jours suivant j’ai distribué a des amis les quelques cadeaux que j’avais fait venir et surtout manger mes goodies envoyés par mes parents :).

La moral de cette histoire… ne plus faire parvenir de colis au Mali au du moins avec DHL.

Mardi le 24 juin journée de la St-Jean, Annie nous as tous (coopérants et certain amis malien, dont Chaka) gentiment invitée chez elle. Il faut dire que nous avons beaucoup mangé, il y avait même de la poutine :) que certain amis malien on pas trouver très bon, écouter de la musique québécoise, danser et placoter. Une belle petite soirée bien amusante entre gens du pays.

IMG_0273.jpg
IMG_0271.jpg

Voilà les dernières nouvelles
A +

Posted by Oumou 06:12 Archived in Mali Tagged volunteer Comments (0)

Un plombier, un serrurier, une masso & un Dr.

sunny 45 °C

Oufs! C’est dernières semaines ont été grandement mouvementées!

Premièrement, pour la première fois de ma vie j’ai dû virer quelqu’un! Hey oui, cela fessait quelques semaines que Françoise, ma bonne, avait des comportements qui m’énervait vraiment, certes je lui en ai fait par, mais après 2 jours nous revenions a la case départ!… En résumé, elle se prenait pour la dame de la maison. Allait au marché si cela lui disait, lavait les vêtements si celui lui disait, n’arrêtait pas de me demander des augmentations de salaire, fessait tout a la 4ième vitesse pour partir de la maison le plus rapidement possible, au point d’étendre tous mes vêtements directement sur le sol de mon appartement pour qu’il sèche car madame avait mieux a faire que rester chez moi a attendre que cela soit sèche sur la corde a linge, alors que je la paye pour ca!!!. Bref, assez, c’est assez… surtout suite a un message texto sur mon cellulaire qui manquait grandement de respect : je l’ai virée! Cela fut dure, mais comme elle a fait aucun chichi, j’ai comprit que cela fessait aussi sont affaire et selon certain malien son comportement signalait justement qu’elle voulait se faire virer! Bref, alors voila, depuis je suis rendu avec une nouvelle bonne, elle se nomme Bintout, elle est la femme d’un bon ami de Chaka, et jusqu'à présent ca va bien.

Entre temps j’ai eu un nouveau coloc pour quelques jours, un des coopérants qui est arrivé ici pour 12 mois, a trouvé une maison et tout et tout, mais devait attendre certaine réparation et que la dame qui y habitait déménage. Donc par bonté et charité je lui ai dit qu’il pouvait venir rester a la maison en échange d’une certaine somme modique, plutôt que de rester a l’hôtel qui coute vraiment cher. Bref, disons simplement que cette expérience ma apprit qu’à l’avenir il faut établir certains règlements pour ces gens qui viennent ainsi vivre chez moi. Tous n’avons pas la même éducation et surtout les mêmes valeurs!

La semaine dernière a également marqué, finalement, la réparation de ma porte d’entrée (brisé suite a une tempête en avril!)! Bin oui après plus d’un mois, le proprio a finalement envoyer quelqu’un pour faire réparer le tout… malheureusement, moins de 10 jours après, la serrure de la porte (changer avec les réparations) a brisé et je suis restée embarré dans mon propre appartement plus de 6 hrs! Jusqu'à ce qu’avec l’aide de Youssouf, a l’extérieur, moi a l’intérieur, nous arrivions a casser la serrure avec un couteau!. Le lendemain j’ai du rester à maison afin de m’occuper de faire réparer le tout, ce que j’ai fait faire sans faire appel au proprio au risque de devoir rester un autre mois sans serrure sur la porte. Une semaine jour pour jour avant, j’ai dur faire venir un plombier, car mon coloc avait brisé les champlures de la salle de bain, et ayant l’eau qui coulait a flow partout j’ai du fermé la valve d’alimentation d’eau de l’appartement, une fois de plus ne voulant pas attendre des mois, j’ai fait appel a Chaka qui est arrivé hélico avec un plombier qui a tout régler en quelque minutes. Toutefois, quelques jours plus tard, tout l’édifice a été privé d’eau durant plus de 24hrs, car le frère du proprio qui habite le premier étage et qui est en charge de payer la facture d’eau (il collecte tous les mois à chaque famille puis paye la facture)… Semblerait qu’il utilisait l’argent des locataires pour d’autre fin, car tous avons été privé d’eau… disons que j’ai grogné haut et fort en revendiquant mes droits, mais bon, je devrais savoir après 4 mois ici, que ce mot ne semble pas exister par ici. Dans tous les cas, l’eau est revenu depuis, mais il semblerait selon des dires que la facture n’est pas été régler en entier et qu’il est fort possible que nous soyons coupés à nouveau d’ici la fin de mois. GRRRRR! Durant la coupure d’eau j’ai fait appel a Youssouf afin de trouver une façon d’avoir de l’eau… a 45degrée, tu aimes bien te rafraichir, laver la vaisselle, les légumes/fruits et surtout flusher tes toilettes! Donc il a fait venir un homme avec des dizaines de gros bidons d’eau, pour éviter que le prix gonfle, durant l’opération des transfert des bidons d’eau a tous les contenants de la maison, je devais rester enfermée dans ma chambre… hihihihi.

En plus de faire la connaissance d’un plombier, d’un serrurier et d’un marchant d’eau… j’ai également fait la connaissance d’une massothérapeute et d’un docteur. Pour ce qui est de la masso, cela fut moins pire que mon expérience de l’année dernière, mais quand même… disons simplement qu’il y a un manque de professionnalisme, et que j’ai vraiment hâte de retrouver les services de Line dans les Laurentides! Pour ce qui est du docteur, je suis allée le consulté après 2 jours de migraine intenses, de mal de cœur, de nausée, d’avoir mal partout et de légère fièvre. J’étais certaine que c'était un palu - malaria-. Après avoir téléphoné a la clinique privée de mon quartier, qui est également celle référer par l’ambassade canadienne, pour savoir si Dr. Touré était de service, aussi référer par l’ambassade, je m’y suis dirigée. Je dois admettre que je n’étais pas trop chaude à l’idée… Les dire étaient que les hôpitaux et les cliniques sont plutôt des morgues que des lieux de service médicaux. La population était pauvre, elle se retrouve a ces endroits en dernier, dernier recours, ce qui est généralement trop tard pour faire quoique que ce soit. Mais, bon j’ai prit mon courage a 2 mains et je me présente au comptoir, on me dirige vers une autre salle, on me dit t’attendre, tout en me montrant qui est le Dr. Touré…. J’ai par la suite comprit pourquoi on prend la peine de me le montrer. Car voyez vous ici il n’y a pas de triage, et donc cela fonctionne par celui qui va le plus souvent frapper a sa porte, je suis gentille de dire frapper, car le terme exacte serait plus d’ouvrir sa porte – même alors qu’il est consultation, ou encore de lui dire que cela est fort, fort, urgent, alors qu’il conduit un patient au laboratoire –lieu pour les prises de sang- ou encore de lui faire un sourire et de lui dire qu’on est la pour une consultation, ce que j’ai fait. Quelque minutes après j’étais dans son bureau (dieu merci il avait prit la peine de verrouiller la porte, ainsi éviter d’avoir des gens qui entre, et croyez-moi il y a qui ont essayé de rentrer!)…. Mais ma petite analyse, m’a quand même prit 60 minutes, avant de réaliser comment le système fonctionne. Bref, une fois dans son bureau, il prend ton nom en note dans son agenda, te pose des questions, il pense la même chose que moi, cela semble être un palu ou encore la fièvre typhoïde, il me conduit au laboratoire question de prendre des prises de sang. Encore, une fois j’avais la trouille, finalement tout était super propre, l’infirmier super professionnel, et en était de même pour l’ensemble de la clinique, du moins pour ce que j’ai vu… Bref, on me fait 2 prises de sang et me demande de rester près les résultats seront la dans quelques minutes. Les résultats sortie, je retourne, avec mes papiers avec bien en évidence NÉGATIF au 2 tests, dans la salle d’attente du Dr. Touré. Il me voit je vais dans son bureau, il dit bon, alors p-ê est un problème avec les hépatites, je dis les car il a fait 3 ou 4 tests!. Je retourne au labo, retourne voir Dr. Touré avec mes papiers NÉGATIF. Décidément docteur qu’est ce que j’ai? Il me dit que la seule chose qui peu voir serai le maux des grandes chaleur… Bref que la chaleur a grandement affecter mon système et ce peut aussi être en lien avec mon alimentation qui est été changer, mais surtout dû a un manque de calcium. Bon, sur la chaleur, oui il a fait vraiment chaud ces dernières semaines, les 50 degrée ish était courant, et mon manque de calcium peut aussi être valider du fait qu’ici il est difficile de trouver des produits laitier de bonne qualité (surtout avec la chaleur, les produits laitier gâte vite) et surtout a prix abordable (tout est importer d'europe ou presque), pour mon alimentation, bien elle n’a pas vraiment changer depuis que je suis ici! Il me donne une ordonnance de supplément de calcium, un truc avec de la caféine, et un autre médicament qui est l’équivalent de nos advil, ainsi que du repos. Finalement, j’ai opté de seulement prendre le repos prescrit et continuer avec mes advil, ainsi qu’augmenter ma dose de suppléments de calcium que j’ai a la maison. Après un bref arrêt au CECI, je suis rentrée a la maison et j’ai dormi, dormi, et dormi a l’air climatiser durant près de 4 jours. Les douleurs et les maux se sont tranquillement estompés Dr. Touré a même téléphoné pour faire un suivi et finalement ainsi tous mes maux sont parti, je dois admettre que je me sens encore faible et que j’ai pas beaucoup d’endurance, mais bon… Sinon pour le reste ca va beaucoup mieux. Oh fait Dr. Touré est un orthopédiste et avec la lenteur du système québécois pour l’opération au genou de ma mère je suis entrain de croire qu’un petit voyage par ici pourrait p-ê régler la chose….

Vendredi dernier était le premier vendredi du mois, et comme a chaque premier vendredi du moi, c’est le GRAIN a l’ambassade, je suis donc sortie pour la première fois de mon appartement depuis ma visite a la clinique le lundi matin. Cela fut fort intéressant, il y avait plein de monde, une chorale, une exposition de peinture et j’ai pu parler a uu directeur de l'ACDI au Mali. Il m’a donné son numéro de téléphone, je dois communiquer avec lui cette semaine question de fixé un RDV, où il me promet d’essayer de répondre à toutes mes questions!

Le samedi 7 juin je recevais à la maison 12 personne pour bruncher. A chaque mois tous les coopérants du CECI se retrouve chez l’un ou l’autre pour échanger et parler de nos vies a Bamako et nos projets de coopérations respectifs. Bien que j’avais demandé exceptionnellement a Bintout de venir a la maison un samedi, j’ai du grandement mettre la main a la pate car elle ne savait pas comment faire des crêpes, des œufs brouiller, du pain aux bananes etc… Je dois également dire un grand merci a Youssouf qui est venu mettre la main a la pate avec une touche très artistique sur les plateaux de fruits.

IMG_0215.jpg

Suite à certain d’entre nous somme allés à la piscine pour le reste de la journée, ainsi que pour rejoindre le groupe fraichement arrivé des stagiaires de Québec Sans Frontières. Il fessait tellement chaud cette journée là vous n’avez pas idée, la piscine était bombé de monde… mais bon… quel autre moyen avons-nous pour nous rafraîchir! La journée a fini dans un petit resto à brochettes, suivi d'une soirée relax chez Annie.

Mon retour au boulot le lundi suivant a été très tranquille, élaboration du plan d’action pour le nouveau mandat et rencontre avec les spécialistes sectoriel.

Le mardi le 10 juin, Julie et moi avons organisé un « suprise party » pour l’anniversaire de Chaka… Nous avions comme complice son ami Dicko (lui qui a la grande ferme non loin de Bamako). Il va sans dire que ce fut toute une surprise, nous lui avions acheté un gâteau, avons des sucreries, des jus (pas d’alcool pour les musulmans), des arachides, noix de coco et toute l’affaire, même un cadeau. La femme de Chaka, son enfant, Dicko, sa copine, et le mari de ma bonne semblaient tous avoir eu une belle soirée. D'ailleurs il nous en parle encore! Je maintiens que cela est la moindre des choses a faire, pour tout ce qu'il fait pour nous...

IMG_0219.jpgIMG_0231.jpg

Du mercredi au vendredi j’ai participé, a la demande du directeur du CECI et de Annie, a un atelier qu’elle animait dans le cadre de son projet qui est l’élaboration du guide alimentaire malien. Il va sens dire que cela était vraiment fort intéressant, mais aussi comment on prend certaine chose tellement pour acquis… genre, aucun pays de l’Afrique de l’ouest possède de Guide Alimentaire!

Samedi (14 juin) notre petit groupe (Julie, Annie et moi) c’est retrouvé dans le cartier de Badalaboubou au Kou d’frein, le maquis (genre de pub a ciel ouvert), le plus couru de Bamako pour prendre un verre. Et pour la première fois de ma vie j’ai du retournée une bière. Il est fréquent qu’ici il y est des vagues d’odeur pas trop agréable (les égouts/caniveaux sont à ciel ouvert!)… mais la j’ai rapidement constaté que cette odeur venait seulement quand j’avais le nez dans mon verre… Je vous assure cela sentait vraiment le vomit avec un mélange de poisson, par après nous en avons convenu que c’était en fait le verre… mais je maintiens a dire que la bière avait également un gout bizarre… Dans tous les cas, nous avons bien rigolé, et je crois que cela va devenir un mini-running gag!

Ha oui avant de finir, à la fin du mois de juin les étudient vont être en vacances, donc tous débutent leurs périodes d’examens, et qui dit examens dit étude. Comme ce n’est pas tous les maisons et encore moins les cartiers qui ont la chance d’être alimenter en électricité, les jeunes sont littéralement assis sur des nattes sous les lampadaires avec leurs cahiers d’études… de telle scènes se multiplie soir après soir dans mon cartier…. Un des rares cartiers qui a les rues éclairées!

Alors voila les dernières nouvelles de chez moi, les semaines à venir risque d’être charger en termes de boulot, mais également avec les fêtes de la St-Jean et du Canada… mais surtout avec la semaine de la fête de la musique africaine…. Stay toune!

Posted by Oumou 03:40 Archived in Mali Tagged volunteer Comments (0)

Tout peut changer... et très rapidement!

sunny 45 °C

Voila, je confirme je ne suis pas faite pour la chaleur… il y a maintenant plusieurs jours pour ne pas dire semaines qui a pas une goutte de pluie qui est tombé, alors que moi… je suis tombée sous la chaleur a 2 reprises! Vous savez se sentiment de vertige, de mal de tête, de mal de cœur, les nausées, et ce foutu sentiment d’avoir tellement soif qui en est impossible de le satisfaire sans se donner un brain freeze - à boire de l’eau froide! - … et bien voila ce que j’ai expérimentée en début de mois, et à nouveau cette semaine!!! Résultat, très difficile d’être productif, on reste a la maison ou du moins dans les endroits ou il y a la climatisation… au risque de sortir de cette pièce et d’attraper un frisson, résultant en une grippe… aussi expérimenté a quelques reprise ce mois-ci!

Conséquemment a tous c’est maux, je me suis achetée un lecteur DVD et je me suis mise à écouter mes Sex and the City au frais dans ma chambre, dans mon lit avec mes bouteilles d’eau et mes mouchoirs.

Mais si je reviens dans le temps, soit a la fin du mois d’avril a quelques reprise avant le départ de Caroline, Youssouf, Bintout, Ousman, Caroline et moi sommes sorti prendre des verres et écouter des bands, communément appelé ici des orchestres. A chacune de nos sorties Caroline et moi en sommes venu a la conclusion que les chanteurs de c’est fameux orchestre chantent pour leur musiciens et non pour leur public! Ces derniers chantent et se trémousse face a leurs musiciens ainsi faisant dos a leur public, et ce pas pour quelques secondes, non, non, mais bien pour quelques minutes! Quand le courant coupe (ce qui est fréquent avec la chaleur qui augmente) ces derniers poursuivrent dans le noir total. Il va sans dire que tous ont aussi débuté leurs prestations avec plus de 60 minutes de retard… Je dis plus de 60 minutes car au Mali on considère que les personnes sont en retard quand elle arrive plus de 60 minutes après l’heure du RDV… Donc en résumé quand on donne RDV nous avons 59 mins et 59 sec. de lousse, avant de se faire dire qu’on est en retard!!!

Lundi le 28 avril, le CECI a organisé une soirée touareg sur le toit du bureau pour souligner le départ de Caroline, ainsi que pour permettre a tous et chacun (les coopérants) de se rencontrer. Cela fut une belle soirée, nous avons tous bien rit a essayer de danser la dance du chameau et de faire ce bruit assez strident que les femmes font avec leur langue… j’y travaille encore! Dans la vidéo la personne a gauche qui va chercher un des coopérants est le directer du CECI Mali.

Avant le début de la soirée, l’équipe de tournage est venu au CECI avec Caroline afin de tournée des prises de vues avec d’autre coopérant… malheureusement, il y avait seulement moi au bureau! Donc qui sait peut-être allons nous me voir dans ce fameux documentaire qui en passant sera au cinéma en janvier-février 2009 et a la télé en septembre 2009!!!

Mercredi le 30, Julie et moi avons accompagnées Caroline au marché tout l’avant midi afin de faire l’achat de cadeau souvenir pour sa famille et ses amis. J'ai d'ailleurs profitée de l'occasion pour acheter un sac et des sandales en cuire de chameau pour la fête des mères et l’anniversaire de ma p’tit maman… et ainsi profiter des bagages de Caroline pour les renvoyer au Québec! Cette même soirée, nous sommes tous allés au Savana (très bon resto avec orchestre) avec l’équipe de tournage et les coopérants pour souligner leur départ. Bien que nous étions parti pour seulement aller manger une bonne bouffe, nous avons fini dans une boite de nuit, pas trop loin de là…. Et sommes tous rentrée aux petites heures du matin… Je tiens à dire que le lendemain c’était un jour férié et donc nous n’avions pas de boulot ;)

Le dimanche le 4 mai, Chaka, Julie, et moi avons passés la journée à la ferme et aux champs de la famille Dicko (un bon ami de Chaka). Vous ne pouvez pas imaginer comment cela a fait du bien de sortir de Bamako et de voir autant de vert! Bien que pour se rendre aux champs nous avons du traverser la décharge/dépotoir de Bamako… Les sacs de plastiques sont vraiment un fléau environnemental par ici… et dire que les bergers, promennent sans problèmes leurs animaux dans ces décharges!!!

IMG_0147.jpg

Bref, ce fut une super belle journée, nous nous sommes promener dans les champs d’oranges, de pamplemousses et autres agrumes… Je ne savais pas qu’il existant tant de sorte d’oranges, mandarines pamplemousses et autre! Même choses pour les vaches, les chèvres et les moutons… Non seulement ce fut une journée vraiment remplie de rire (impossible de ne pas rire en présence de Chaka), loin de la pollution de Bamako, mais aussi fort éducatif.

IMG_0161.jpg

Lundi le 5 mai au soir j’ai organisée un méga souper de départ pour Éric (meilleur ami français de Youssou qui était de passage a Bamako pour quelques jours) et Ousman (meilleur ami Malien de Youssouf qui travaillent en Espagne) et sa femme Bintout.

IMG_0188.jpg

Afin d’éviter d’avoir des os de poisson partout sur le planché, j’ai fait préparer par Youssouf et Françoise des filets de capitaine, avec frites, aloco, salade et dessert de crème de mangue…. Il va sans dire que le tout a été un méga festin. Quoi qu’une fois de plus, le tout a été assez rapide comme repas…. Une fois le tout mangé et les photos prisent tous ont quittés! Mais, cela fut quand même une super belle soirée, et je sais que j’ai grandement fait plaisir à Youssouf en invitant ainsi autour de la table ses meilleures amis…. D’ailleurs il m’en parle encore!

Entre temps, côté boulot je ne peux pas dire que j’ai chômée. En effet j’ai développée des modules de formation en Suivi et Évaluation. Mon mandat mentionne que je dois donner des formations en Suivi et Évaluation, mais comme je m’adresse à des audiences fortes différentes, j’ai donc dû développer 2 formations une avec les complexités de la matière et l’autre a l’état le plus simplifié qui soit. A ces formations, j’ai développée un guide/manuel qui vient en complément a ma formation… ces documents ont tous quand même plus de 50 pages et mes formations étant sur 5 jours… il y avait donc beaucoup a faire.

Bien que j’étais sur ma lancé et sur la production de ces documents, le tout a brusquement ralentit le matin du 13 mai, lorsque en fin d’avant midi j’ai reçu l’appel de mes parents avec la nouvelle que toute personne travaillant/vivant/voyageant a l’étranger redoute le plus…. Mon cher grand-père Morel a rendu l’âme dans la nuit de lundi à mardi. Je crois que je n’ai pas à vous dire comment cela fut un dure coup à prendre, certes il était durement malade depuis 3 semaines, mais toute la famille semblait dire qu’il reprenait du poil de la bête depuis 2 jours… journées ou pratiquement toute la famille était a son chevet à Toronto. Le fait qu’il n’est pas souffert trop long temps est certainement l’explication qu’ont utilise pour mettre un baume sur notre douleur. Je crois sincèrement qu’il est difficile de comprendre vraiment comment cela est dure de vivre un deuil a distance sans l’avoir vécu soit même… rapidement j’ai eu des pensées pour mes amis Malien et Ivoirien qui, alors que nous étions au BAC a Toronto (York University), ont perdu des membres de leur famille et amis et là, seulement là j’ai vraiment comprit la peine et le sentiment de solitude et de distance qui nous envahit instantanément. Ce qui, selon moi a aussi rendu ce deuil (qui quand même je n’ai pas encore pleinement vécu) difficile est qu’ici ont dirait que la mort est banalisé…. Certes, les gens d’ici y font plus souvent face que nous (les familles sont plus grandes et les conditions de vie beaucoup plus difficile)… J'ai l'impression qu'ici la peine et la douleur dure quelques minutes… ensuite on se rapporte a Allah et ont dit que c’est sa volonté, qu’il ne faut pas pleurer… vous voyez un peu le genre… mais entre vous et moi, ce que je voulais était loin d’être des paroles de Allah, mais bien des bras et des épaules ou je pouvais me réfugier et pleurer ma peine comme bon me semblait sans me faire dire de ne pas pleurer car ainsi était la vie. A cet effet, je dois dire un gros merci à Julie et Chaka qui en moins de quelques minutes ont accouru à mes côtés à la maison [Julie avait briefé Chaka pour ne pas qu’il me dise ne de pas pleurer et que c’était la volonté de Allah et bla bla bla… Je dois admettre qu'il a passer le test, il peut maintenant venir consoler les canadiens sans problème ;) ] et que dires des longues communications skype avec Josianne, Sonia et ma grand-maman Ouimet, et certes les membres de la famille Morel, a tous merci pour votre appuie.

Cette triste nouvelle a rapidement fait le tour du CECI et ainsi le reste de la journée, voire même de la semaine, mon téléphone n’as pas arrêté de sonner, ma boite de courriel c’est remplit de messages de condoléances de partout a travers le monde, et la maison était constamment remplit de gens venu m’apporter leur condoléances et des plats/fruits/cakes.

Afin de me changer un peu les idées et surtout de sortir de la maison, le vendredi (16 mai), Julie et Annie m’ont invitées avec Youssouf a un super bon souper chez Annie suivit du spectacle de Rokya Traoré. Cette dernière est jeune artiste Malienne qui se produit en français, anglais et bambara et surtout conserve le traditionnel avec un peu de contemporain!

IMG_0196.jpg

Bref, une super belle soirée... D’ailleurs je vous mets au défi de me dire quel(le) artiste occidental se produit durant plus de 3 heures sur scène sans arrêt dans une salle ou il fait certainement plus de 50 dégrée!!!! Je vous jure, nous étions dans un sauna, mais c’était vraiment, une fois de plus, une expérience culturelle intense et haute en couleur. En effet, à mesure que la soirée avançait, les spectateurs montait sur la scène et montrait leur savoir faire en terme de danse… et bien il va sent dire que par moment c’était non seulement un spectacle pour les oreilles, mais également pour les yeux! Avec tout cela, une fois de plus je suis rentrée aux petites heures du matin… car tout bon Malien qui se respect le tout n’a pas commencé a une heure ou de jeune enfant pouvait assister!

Le lendemain matin Bintout la femme de Ousman (il est rentré en Espagne, elle est à Bamako le temps de finir ses études) est arrivée a la maison avec tous les ingrédients pour me faire une sauce a l’arachide… étant donner les évènements des dernière jour et sachant que j’adore SA sauce elle avait prit l’initiative de venir m’en faire a la maison et ainsi m’initier a SA préparation…. Certes je dois encore me pratiquer mais je crois que je devrais être pas pire d’ici mon retour.

IMG_0199.jpg

Mercredi (le 21 mai) après plusieurs report, a finalement eu lieu une rencontre entre Maïga (lui avec qui je travaille chez le partenaire Malien la CAFO) et moi. Notre rencontre n’a pas trop duré, car bien que tous mes documents et mes formations sont fin prêt, il a dit que tout devait être sur la glace jusqu’au congrès. Congrès qui depuis décembre dernier n’arrêt pas d’être reporté! Aillant le sentiment que mon travail devrait être fait rapidement, voila qu’on me dit que rien va bouger jusqu’au congrès… qui tout semble-t-il n’a même pas de date fixé! Un peu bredouille je suis retournée au bureau Canadien et j’ai demandé une rencontre avec le directeur du CECI, pas question que je reste la a regardé les mouches jusqu’au congrès de la CAFO!

Et voila que suite a ma rencontre avec le directeur du CECI Mali, je suis mandaté a une nouvelle mission! Suite a mon rapport d’évaluation de septembre dernier (1er séjour au Mali), certain éléments de mes recommandations demandait qu’on regarde plus en profondeur quelques points du programme Uniterra dans le contexte Malien… et tout simplement, voila que je poursuis le travail que j’ai entamée lors de mon dernier passage à Bamako. Il n’est difficile de dire a quel point j’en suis heureuse, travailler a nouveau avec tous les partenaires, et en particulier avec 2 projets, ceux sur lesquels Julie (cuisine collective) et Annie (élaboration du guide alimentaire Malien) travaillent, et le tout sous la supervision du directeur du CECI Mali et de certaine personnes des bureaux de Montréal… Quoi de mieux, pour une fois de plus, travailler directement pour le CECI, et surtout me faire connaître dans la boite!!!

La semaine c’est conclu avec un souper entre amis a la maison et une soirée haut en musique et en dense a la villa de Joseph (un ami camerounais de Youssouf). Cela fut certainement le plus gros party de jardin que j’ai assisté dans ma vie. Planché de dense aménagé au coté de la piscine, chaise, cousins et nattes joliment installé sur la pelouse sous des tentes traditionnelles… Tout coulait a flow, les blocs de musique du DJ engagé pour l’occasion était parsemés de prestations de dense camerounaise traditionnelle….

IMG_0201.jpg

IMG_0205.jpg

Et tous c’est personnes qui dansait et parlait sans aucune prétentions, c’était vraiment super sympa et que de plaisir…. Cela fut aussi l’occasion de rencontrer de nouvelle personne autant blanc que Malienne, nous étions 50%, 50%, de danser a en avoir mal aux pieds et aux hanches… J’ai même fait une découverte qu’ici aussi en fin de party les gens dansent des…. sets carré, bien sure a la saveur africain, mais quand même!!!! Bien oui, juste trop drôle.

Bref, le party dans son ensemble était génial! Quel meilleur indicateur que de celui l’heure a la quelle tu rentres pour juger le party! Bref, je suis rentrée a la maison comme les mosquées appelaient leurs disciples a la 1ière prière de la journée, c'est-à-dire a 4h30am!

Le weekend c’est terminé par une journée relax a la piscine de l’hôtel 5 étoiles de Bamako – l’hotel Sofitel de l’amitié-ou Bourlaye (l’artisan de Sanacoroba) est venu rejoindre Julie, Annie et moi. Non seulement nous nous sommes bien rafraichit dans la piscine – bien qu’il devrait inventer des systèmes de rafraichissement d’eau- nous avons aussi mange de la crème glacé et de la bonne pizza au mozzarella... Des aliments qui se font rare par ici!

Bref, voila les dernières nouvelles de par ici! Je me suis mise sur un blog pour ne pas vous écrire de roman, il faut croire que cela ne fut pas un succès pour ce mois-ci, du moins. Je promets de faire un effort pour les prochaines semaines à venir.

Bonne semaine a tous et surtout n’oubliez pas de m’écrire c’est toujours un plaisir de vous lire et d’avoir des nouvelles de l’autre côté de l’atlantique!

Posted by Oumou 12:25 Archived in Mali Tagged volunteer Comments (0)

Tempêtes, musique et village de Sanacoroba

sunny 40 °C

Bonjour à tous!

Je souhaite de tout cœur que cette entrée va vous trouver en pleine forme…. Et avec le sourire aux lèvres…. Il semblerait que le soleil et la chaleur est finalement trouvés leurs chemin jusqu’à vous!!

Ici, bien la chaleur se fait toujours aussi présente, certaine journée (47 degré fut le record jusqu'à présent) plus que d’autre, hier matin, il fessait 23 degré… je me suis même prise a dire… « mais il fait froid ce matin! ». En fait les changements climatiques, ainsi que la déforestation affectent grandement Bamako. Rare qu’il pleut dans la saison chaude, une ou eux grosse pluies, la pluie des manques que l’ont dit; mais là depuis mercredi dernier 3 bonnes et grosses pluie ont eu lieu. Celle de samedi a été quelque chose mes amis! Une chance que j’étais a la maison et encore plus que Caroline et Julie étaient avec moi. Il pleuvait et ventait tellement fort, que la vitre de ma porte claquait, pour finalement sortir de son soutient et donc a 3 nous devions tenir la porte et la fenêtre pour éviter que la tempête entre dans mon appartement, tout cela avec les 2 pieds solidement trempé, car l’eau plus que jamais a rentré, pour finalement voir de la grêle tombé sur mon balcon! Vous vous imaginez…. Et pas des petits morceaux, des trucs facilement de la grosseur des 10 sous canadien. Bref, après un bon 30-40 minutes de rire, a pousser la vite, le tout a arrêté… une chance! Le lendemain (dimanche le 20 avril), vers la même heure, un autre orage c’est manifesté, personne était a la maison, tous étions a la piscine… a mon arrivé, la porte n’était plus vraiment dans on socle… le proprio a été avertit sur le champ, son menuisier est passé … il affirme comme moi qu’il faut faire des réparations… maintenant reste à savoir quand le tout sera effectué!!??

19_avril_027.jpg

Depuis mon dernier roman le boulot a finalement décollé, comme dit a certain cela avance avec des roues carrées, mais ca avance… le temps va peut-être finir par arrondir les coins pour finalement prendre une bonne vitesse de croisière…. Mais en même, il faut être réaliste, 2 mois on passé sur les 7 de mon mandat. Ayant finalement pu mettre la main sur certaine informations, via la rencontre de 3 groupes cibles (tous ayant débuté avec plus de 90 minutes de retard, mais tous tenait absolument a ce que nous terminions a l’heure dite sur l’invitation!), j’ai constatée que non seulement il me serait impossible de compléter mon mandat en entier (suivi ET évaluation d’activité, projet et programme), mais qu’aucune structure de communication et de reportage existe entre le bureau national de coordination des activités et ses 2222 partenaires (je ne me suis pas accrochée dans le piton, il y a bien deux milles deux cent vingt deux partenaires membres de la CAFO). Donc, je dois revenir a la base et tenté d’établir un système de communication, car sans système de communication organisationnelle, il est comme un peu difficile de faire du suivi et évaluation d’activité, de projet et de programme…. Mais vous savez comme moi que je suis loin d’avoir une formation en communication et encore moins en communication organisationnelle, donc vivement google et internet!

Suite a mon dernier rendez-vous avec vous, j’ai assistée, avec Martine, Youssouf, Bintout et Ousmane, a un gala de boxe entre la commune I et IV (Bamako est divisé en 6 communes qui est constitué de plusieurs cartiers, donc je suis du cartier ACI 2000 Hamdallaye de la commune IV). Bref, cela fut une soirée fort intéressante, moi qui a jamais assister a un truc de ce genre. Le ring avait été monté dehors sur le terrain de basket, il y avait plus de 200 personnes de tous les âges. Le ministre du sport était là, ainsi que le directeur national du comité de boxe Mali, bref vous voyer le genre… Pour éviter aux boxeurs d’être accablés par la chaleur, le tout devait débuter à 21hrs, toutefois, comme toute activité malienne le tout à débuter avec beaucoup de retard. Nous n’avons pas assisté au gala dans son entier, surtout que les commentaires – en simultané sur la radio national- se fessaient avec beaucoup d’enthousiasme, d’entrain et en Bambara, de quoi donner mal a la tête de toute personne ne comprenant rien au Bambara…

Les jours suivant cette expérience de boxe, Martine est rentrée au Canada et Caroline est arrivée. Cette dernière reste chez moi a la demande du CECI et de l’équipe de tournage qui la suit pour faire un documentaire sur la vie de coopérant, mais soyons honnête, son séjour est loin de représenter la réalité des coopérants. Le reportage sera télédiffusé dans quelques mois a RDI (me semble), donc je vous tient informé car cela pourra quand même vous donner une idée de la ville et de certaine réalité de mon quotidien (ex. la circulation, le bruit, le soleil...).

Le premier vendredi de chaque mois il y a le GRIN a l’ambassade, soirée ou tous les canadiens et australien peuvent se réunir et discuter, cela était fort sympa, j’ai d’ailleurs fait quelques connaissances fort intéressantes pour mon avenir professionnel… Stay tune! Mais, malheureusement, cela ne fut pas une occasion de rencontrer d’autre canadien de mon âge… disons que la moyenne d’âge tournait autour de 60 ans….. Mais bon, on verra le mois prochain!

Samedi le 5 avril a certainement été une soirée les plus mémorables, du moins jusqu'à présent, de mon séjour à Bamako. Sous l’invitation d’un ami malien de Julie (une autre coopérante du CECI) nous nous sommes allés voir un méga spectacle au stade (de foot) Modibo Keita. Ce spectacle lançait la semaine de la jeunesse malienne. Des invités de marque était présent, tel que Habib Koité et Ticken Jah Fakoly. Le tout débutait a 18h, mais ces deux derniers on seulement monté sur les planches lorsque 23h30 a sonné. Dans tous les cas, je peux dire que ceci fut mon vrai baptême de bain de foule africain, aller au marché a côté de cela, y’a absolument rien là, je crois que dire que nous étions plus de 5000 n’est pas exagéré !!! Disons qu’il y avait de l’énergie dans l’air, tout le monde connaissaient les chansons, cela dansait comme des fous… et au lieu d’avoir des gens qui crient « hot dog, coke, pop corn »… c’était « lait, maïs, jus » disons que cela est un peu spécial, ainsi que voir de jeunes, très jeunes, enfants ramasser les bouteilles vides, malgré l’heure très tardive. Bref, cela fut agréable comme soirée omis des gens qui fessait sauté des feux d’artifice directement dans le stade et de leur main et des gens qui lançait les bouteilles d’eau. De plus il faut oublier la retransmission sur grand écran, la scène était vraiment au centre du stade, et la visions n’était pas très bonne, on disait même a la blague, qu’il aurait très bien pu nous faire accroire que c’était les invités et en fait c’était des imitateurs car on voyait rien et avec tous les gens qui chante… pas besoin d’entendre le chanteur!

Le retour a la maison a été assez tardif, ou pour être plus juste très matinale. Mais je dois dire que les heures avant le spectacle au stade vont certes aussi faire partie de mes tops 10 de mon séjour actuel. Julie est moi sommes allé rejoindre l’ami qui nous avait invité en question, Oumar de son nom, a son kiosque d’artisanat dans le marché des artisans…. Alors que nous attendions, un groupe composé de Oumar même c’est mit à jouer du djembé…. Vous comprenez que j’ai rapidement eu un sourire aux lèvres, bien qu’il voyait que je connaissais certain rythmes, leur vitesses était pas mal trop rapide pour moi… mais j’ai pu prendre contact avec eux et il sera possible de faire des cours, quand je le veux… mon seule problème est que cela est vraiment centre ville Bamako… au grand marché, place que j’essai réellement d’éviter pour l’odeur et le chaos qui y domine.

Malheureusement, nous avons point immortalisé ces moments de notre soirée, car sachant que nous étions pour être dans des bain de foule (au marché et au stade) nous avions apporter le minimum des minimums et pas de sac… mais ce qui est bizarre, et qu il ma été impossible de trouver trace du méga spectacle dans les journaux locaux!

Dimanche il y a deux semaines (le 13 avril) Caroline, Julie et moi sommes partie en brousse dans un village à 40 KM de Bamako, Sanacoroba pour être plus précis. Julie, qui a déjà fait un stage au Mali avant on mandat avec le CECI était poster a ce village et donc a plusieurs connaissances. Nous sommes donc partie la bas en soutrama – genre de mini bus qu’on enlève les bancs pour les remplacés par des planches de bois que l’ont dispose autour ainsi laisser un vide dans le milieu…. Pour mettre de la marchandise! Je dois dire que nous étions tassé et pas à peu près (voir photo), oui c’était ma première fois, quoique très économique comme moyen de transport autant en ville qu’en brousse ainsi que pour faire la liaison entre le deux, cela est point confortable a la limite du stressant car on voit aucunement la ou on va! Le trajet a relativement bien été, en moins de 40 minutes nous étions à Sanacoroba. Le paysage entre les deux était vraiment désertique, lors de mon dernier passage c’était la saison de pluie donc relativement vert, mais là c’était très poussiéreux et tous les dégradés de brun y étaient. Un autre ami de Julie nous attendait Bourlaye de son nom, il travail souvent avec des canadiens et donc il était vraiment sympa de parler avec lui comme on le fait entre nous sans pour autant parler avec un français correct pour se faire comprendre, il nous a même apprit un truc qui nous a fait assez rire, selon vous que veut dire « suggestion soutenu »? Cela est la façon poli de dire… c’est un ordre!

13_avril_049.jpg
13_avril_072.jpg
13_avril_047.jpg

Bourlaye est un artisan de bogolan, tissu que l’ont teint traditionnellement avec les éléments de la nature. Il a prit le temps de nous montrer à moi et Caroline chacune des étapes ainsi que les motifs, disons que cela est un travail de très longue haleine, mais malgré tout il m’a proposé de venir (durant la saison des pluies, car il fait pas mal moins chaud) prendre un cours et de faire mon propre morceau... donc cela est à suivre.

IMG_0072.jpg

Autre que son atelier, nous avons marché avec lui dans le village (voir photos), les gens étaient tous super sympa. Nous sommes même allé à un village d’enfant SOS façon de dire ici un orphelinat, en marchant sur la route pour s’y rendre un homme nous à embarquer dans sa boite de pick-up pour nous y déposer directement a la porte.

Franchement, comparativement à mon expérience du Rwanda, les enfants semblaient pas mal plus en santé et heureux! Pour une mère et une tante (qui est partagé avec 2 mères) il y a 10 enfants. Chaque mère a sa maison avec sa cuisine, les salles d’eau (pour gars et filles) avec toilettes intérieur, eau courante, électricité, salle de rencontre, il y a 4 chambres plus celle pour la mère et pour la tente, il y a 3 écoles sur le site et quand les enfants atteigne 18 ans ils sont transféré a la maison des jeunes a Bamako. Les mères sont des employés de l’état et donc 5 jours de vacances par mois, donc elle rentre auprès de leur famille et la tente prend la relève. Bref, cela semble bien fonctionner comme système. Alors que nous nous marchions dans le village une tornade de sable nous a tous prit par surprise, aussitôt arrivé elle est partit, mais la poussière que ce truc à soulever était assez fou merci, et voir tous les sacs de plastique noir (ici c’est vraiment un gros problème de pollution) s’envoler dans le ciel… complètement allusionnant, malencontreusement la photo ne rend point justice au phénomène. Sur le chemin du retour, nous étions tous encore une fois entasser dans un soutrama, cette fois-ci avec des pintâtes a nos pieds… elles laissez-moi vous dire qu’elles étaient vivante et qu’elles aimaient nous pigosser les pieds… il était pratiquement impossible de bouger car au centre il y avait une méga boite avec des mangues, bref… le retour fut dans le fou rire le plus complet.

IMG_0085.jpg
13_avril_100.jpg
13_avril_115.jpg

Samedi dernier j’ai été invitée par un des groupes de femmes avec qui je travaille à la CAFO à une activité génératrice de revenu. Nous avons transformé du fonio. Cela ressemble sensiblement au couscous, mais plus nutritif. Le tout ce fait en plusieurs étapes, une fois le fonio cultivé, il faut le tamiser pour enlever les brindilles et autres éléments non désirable comme les roches et les insectes, puis il faut le séparer du sable. Cette deuxième étape est la plus longue, avec des mouvements de cercle dans l’eau le sable et le fonio se séparent. Ensuite, il faut le faire cuire à la vapeur. Une grosse marmite pleine d’eau est directement déposée sur le feu, puis une plus petite est déposée pardessus entre les deux un mélange d’herbe vert fluo assure l’herméticité de la superposition des marmites. Une fois le tout cuit, on met au soleil pour la déshydratation, ensuite on met dans des sacs de 1 kilo, puis on met sur le marché. Au gros soleil ce groupe de femme a passé la journée a faire de la transformation, elles font le même processus ou presque avec les légumes et des fruits, car a un certain moment de l’année, il semblerait que l’achat de certain d’entre eux coute très, très cher donc en ayant accès a ces produits déshydraté les femmes peuvent quand même les mettre dans leurs sauces et cuisine.

IMG_0107.jpg

Voila 2 mois que je suis ici et je dois dire que je commence a avoir certain fringale de bouffe…mais a ma grande surprise, ce qui a fait ma journée, j’ai trouvée les petites pâtisseries pour faire des vol-aux-vents! Pour ceux qui me connaisse vraiment bien vous savez que cela est mon plat préféré… donc dès que je trouve un poulet qui est un peu plus charnu qu’un pigeon, je vais me faire un super souper mes amis. Sinon, jusqu’à présent je me suis fait du pâté chinois alors que Françoise, me fait quelque plats par semaine, avec la chaleur je suis rendu une vrai herbivore et bouffe vraiment plus de salade (de toute sorte) que n’importe quoi d’autre.

Oh! Une petite anecdote, a défaut d’avoir des magasins à 1 $ j’ai vu l’autre jour , en allant au boulot, une boutique qui affichait en gros « Tout a 1000 Fran CFA »! Hahahaha! [ a titre indicatif 1$ Can = 450 Fran CFA]

WOW tout un roman que je vous ai écrit là. Avec le système du blog, je compte écrire sur une base plus régulière… Bref on va voir, si je vais y arriver!!!

Bon je vous laisse sur cela,
N’oubliez pas que cela est toujours un grand, grand plaisir de vous lire… donc ne vous gêner pas pour me faire signe.

Posted by Oumou 15:03 Archived in Mali Tagged volunteer Comments (0)

Choc culturel à la table!

sunny 40 °C

Bonjour, bonjour!

Comment allez-vous? Pas trop sur la déprime hivernale… comme dit l’autre jour j’essai vraiment de vous imaginer sous la neige… ce qui est vraiment difficile quand maintenant je suis dans les 40 degré Celsius matin-midi-soir et nuit! Mais je me surprends moi-même… je tolère le tout quand même assez bien… du moins pour l’instant…. Et quand il y a de l’électricité!

Hier (samedi 29 mars) c’était quelques chose… il y avait tellement de poussière et de sable dans l’air qu’il était difficile de distingué les édifices ainsi que le paysage… on avait constamment l’impression – ce qui en fait en était pas une- d’avoir du sable dans la bouche et sur tout le corps, la gorge me piquet, mais bon cela s’endurait… jusqu’ a ce que l’électricité coupe… après quelques heures, je me suis dit je vais me rafraichir et surtout enlever tout ce sable avec une bonne douche… hélas l’eau aussi était couper! Bref… inutile de vous dire qu’il fessait chaud! La fraicheur de la nuit a aidé à éloigner la poussière et depuis ce matin ca va mieux.

En début de semaine dernière nous avons eu un gros orage, en fait cela a débuté le dimanche soir a prit fin le lundi après midi. Ici on nomme les pluies de l’harmattan les pluies des mangues (c’est le temps des mangues et on ne doit pas cueillir les mangues de l’arbre, mais du sol une fois qu’elles ont tombés d’elle-même ou par le pluie!) dans tous les cas, les jours qui ont présider cette pluie il a vraiment fait chaud et lorsque la pluie a débuter non seulement il a fait frais mais c’était tout un spectacle de voir les enfants jouer, danser et crier nus comme des vers sous la pluie, je me suis moi-même prêter au jeu… avec tout mes vêtements, mais quand même! Le lendemain avant midi le vent c’est levé, il y avait des tourbillons/tornades de sable que nous pouvions observer au loin dans la ville, puis la pluie a commencer a tomber avec une telle force… et mon salon c’est rapidement transformer en pataugeoire… (je dois justement contacter mon proprio a ce sujet… je dois régler cela avant la saison des pluies!) l’eau entrait par la porte, par la fenêtre, mon gardien qui me voyait tordre et tordre des serviettes du haut de mon balcon une fois le déluge passer et venue me donner un coup de main, une chance qu’il était là (c’était lundi de Pâques et donc Françoise était en congé!) car comme rien est bien droit ici… la pataugeoire s’aurait rapidement propager aux autres pièces de la maison!!!

Qu’est ce qui c’est passé depuis mon dernier mail…. Heum!!! Il y a quelque temps des amis (Ousman et sa femme Bintou) à Youssouf (et a moi je crois!) sont venu souper chez moi. Depuis que je suis ici ils m’ont invité tellement de fois que je me devais des invités à mon tour, donc on organise le tout, ont les invites pour 19h30. Ils arrivent pile à l’heure. Nous parlons et prenons des sucreries (sprite, coca, fanta) dans le salon alors que Françoise (ma dame à tous faire) finalise le tout. Premier choc culturelle, nous sommes 4 et 6 bouteilles ont été ouvertes, tous consommés à ½, le souper débute quelques temps après leur arrivé, autant de bouteilles sont ouvertes a nouveaux et tous aussi consommé à ½, quel gaspillage!! Le souper se fait dans silence de monastère ou presque la seule chose que nous pouvons entendre… ce sont les 2 invités qui crachent les arrêts/os de poissons au sol!!! À 20h15 je remerciais mes invités de leur passage (c’est le cas de le dire!), et demande a Françoise de bien vouloir laver le plancher de la salle a mangé avant son départ! Bref, je dois admettre que cela fut pour moi un choc! Le gaspillage, les os au sol et le temps passé ici! Je cois que nous n’avons pas la même signification de souper entre amis! Bon, a moi de m’ajuster et de ne pas avoir des attentes trop grande lors de mes prochains soupers avec des amis maliens.

Sinon, je dois admette que les amis de Youssouf, le grain m’on rapidement compté parmi les leur! Depuis que je suis a l’appartement il n’y a pas une journée qui passe sans que quelqu’un parmi David, Ousmane, Bintout, Blo, Jibilé ou sa copine Collette passe a la maison ou m’envoie un SMS pour savoir comment je vais. Sans compté mon grand frère Cheick qui malgré qui soit en mission a plus de 800KM de Bamako prend le temps de me téléphoner, et de mettre sa fille en stand-by pour moi. Bref, je ne peux pas dire que je ne suis pas entouré. Bien que ces derniers sont constamment présent, je dois admettre que mon moral débute a chuté… Voyez-vous c’est que depuis que je suis ici… j’ai toujours pas commencé à travailler sur mon mandat… Maïga, celui qui est en charge de moi au près du partenaire local, m’utilise pour le représenter a droite et a gauche la ou il ne peut pas aller… Mais pour quelqu’un dont son mandat et de venir renforcir ses capacités en terme de suivi et évaluation aux activités et plaidoyers de son organise, il m’envoie a des trucs (conférence, atelier) qui se déroulent uniquement en Bambara et comble du comble… étant blanche je me ramasse toujours a la table d’honneur avec les ministres, maires des communes et chefs de quartiers/villages. Non seulement je ne comprends rien de ce qui se passe, je dois absolument faire semblant d’être intéresser car le soir je me vois au téléjournal national! Mais revenons a mon mandat, comment puis-je lui faire un rapport des discussions et des trucs qui se sont dérouler, donc un suivi, de l’atelier si je ne comprends pas un mot de ce qui se passe, en fait! Contradiction! Suite a ma semaine de séminaires et t’ateliers, Maïga m’annonce qui quitte pour 10 jours en côte d’ivoire que durant ce temps je dois rencontrer les autres 6 partenaires du programme pour identifier leur besoins, et que Madame Touré va s’occuper de prendre mes RDV. Bien que je sais qu’elle a fait de son mieux c’est 2 dernières semaines le Mali a eu 5 jours de congé férié, et Maïga a du repartir rapidement en Guinée, entre cela une autre canadienne (Martine) est arrivé pour 3 semaines… La CAFO et Maïga m’ont mit de côté donnant tout leur temps a Martine, je poursuis donc ma visite chez les partenaires (jusqu'à présent 3 sur 5 ont été rencontrés), qui sont rarement préparer à me recevoir et donc qui après 20 minutes de rencontre me disent qu’il serait plus productif d’arrêter le tout ici et de reprendre une fois qu’ils auront bien consulté leur équipe de travail et rassembler les documents nécessaires… Bref, vous comprendrez que mon moral côté boulot commence à être un peu a plat!

Donc pour occuper mon temps je fais beaucoup de mots croisé, de lecture et je nage régulièrement à la piscine. Martine (elle est ici pour 3 semaines) à aménager chez moi pour le reste de son séjour ici, elle trouvait le temps long a l’hôtel et avec tous les férié… disons qu’elle aussi ce retrouve avec beaucoup de temps sur les bras. La journée qu’elle quitte, une autre canadienne arrive pour un mois de mandat et le CECI m’a demandé de la prendre a la maison… en fait elle va être ici avec un équipe de tournage pour faire un documentaire sur la vie de coopérant international… Je ne vais point dire davantage car je risque de m’emporter… disons simplement que cela ne sera vraiment pas représentatif de ce que nous subissons réellement! Bref, histoire à suivre!

Ha au sujet de l’histoire de lézard, j’ai eu confirmation, de plusieurs sources, que tout cela était bel et bien des légendes, bien que Youssouf persiste à croire que c’est vrai!

IMG_0066.jpg

N’hésitez pas à m’écrire, cela est toujours un plaisir d’avoir de vos nouvelles, ou encore de m’appeler quand vous me voyer sur Skype.

Bisous bien chaud à tous!

Posted by Oumou 15:08 Archived in Mali Tagged volunteer Comments (0)

(Entries 6 - 10 of 12) « Page 1 [2] 3 »