A Travellerspoint blog

Les réalités malienne...

sunny 40 °C

Les deux dernières semaines ont vraiment été bizarre… Je ne sais même pas par ou commencer… mais bon allons’y par le début, c’est-à-dire là où j’ai arrêtée la dernière fois.

Après un weekend bien relax avec des amis canadien et malien, j’offre le lundi matin a Youssouf de venir prendre le petit déjeuné avec moi à la maison, en échange il doit arrêter acheter des croissant tout frais (il est mon pusher de croissants!) a la boulangerie tout près de chez lui, et venir me reconduire au boulot par la suite. OK j’admets comme ça on dirait que c’est plus un deal pour moi que pour lui, mais bon, tous en tirons profit je vous en assure ;). Alors que nous mangeons un méga déjeuné – croissant, fruits et jus de fruit frais, fromage, etc, nous étions en même temps victime de vol. Hey oui ! La moto toute neuve de Youssouf c’est fait voler dans l’entrée même du garage du bloc appartement. Il semblerait que le vol a été commis quelques minutes avant que nous arrivions en bas. Le plus frustrant est que plusieurs personnes du bloc ont vu les voleurs, mais personne a réagit… croyant –supposément- que c’était un pot a Youssouf et que bref c’était normal qu’il quitte ainsi avec sa moto! Non mais... et que dire de notre gardien qui a été introuvable les minutes qui ont suivi le tout! Certes, un rapport de vol a été fait – le tout semble plus organiser ici qu’en Tanzanie! Mais comme tout le monde dit par ici à l’heure actuelle la moto est surement en pièce détachés pour être revendu dans un autre coin de la ville ou encore pays de la sous-région. Il faut le dire, cela commence mal la semaine! Semaine où Youssouf a grandement souffert des commentaires des gens du quartier et de son boulot. Les personnes disait qu’il avait inventé cette histoire pour toucher de l’argent car il était trop endetté et d’autres histoires du genre…. Les gens semblent aimés s’abattre sur les malheurs des autres….

Le reste de la journée a été plutôt au ralentit côté boulot, je me sentais en parti coupable du vol de moto. Donc pour me changer les idées Julie et moi avons décidées d’aller magasiner pour des vêtements. Bon il faut le dire a Bamako il n’y a pas de méga centre a la mode ou encore de centre d’achat… donc nous nous sommes retrouvées au Marché de Médine avec Chaka comme guide (ce marché est un vrai labyrinthe) a faire le tour des ilots a friperies…. Mais je vous jure les amis j’ai fait de vraiment belles découvertes et le tout vraiment pas cher. Bon ok, Chaka négociait pas mal séré pour nous, mais quand même… Là je vous entends dire, mais pourquoi elle magasine pour des vêtements alors qu’elle est la pour quelques mois? Bien voyez vous, c’est qu’ici nous n’avons pas de machine à laver ni de sécheuse. Donc la planche a lavé de nos grands-mères et arrières grands-mères, ainsi que la brosse que nos pères utilisent pour laver les pneus des voitures sont utilisés à titre de valleuse alors que le soleil est le substitut de la sécheuse… Résultat : les vêtements sont rapidement décolorer, difforme et surtout troué!

IMG_0234.jpg

Mardi et mercredi les 17 et 18 juin ont été, je dois le dire, 2 journées vraiment difficiles cotées boulot. Alors que j’ai prit l’initiative de relancer le partenaires avec qui je suis jumelé, car en théorie le congrès a eu lieu et les problèmes de l’organisation devrait être régler (congrès dont je n’ai pas été invité, ni même informé, et qui finalement a remit le même bureau en place que celui que l’on voulait mettre dehors depuis des mois!), afin de voir ce que nous pouvons faire avec le temps qui me reste (2 mois et quelques semaines), il me donne RDV au bureau, le lendemain. Je m’y rends, pour finalement me faire dire qu’il est en réunion toute la journée, il fini par me téléphoner pour me dire que tout doit être reporter le lendemain… et là mes amis… il m’a littéralement crier par la tête, insulter et exiger d’être au bureau malgré que j’ai déjà été demander ailleurs pour un autre projet – toujours dans le cadre du même Programme-, alors que je suis ici depuis 4 mois a pratiquement rien faire, a cause des problèmes interne de son organisation et là maintenant monsieur exige que je sois a son entière disponibilité… désolé, mais moi je ne suis pas rester les bras croisés tout ce temps, j’ai été mandaté par le directeur sur un autre projet, et demain j’ai RDV avec eux. Très limite je peux comprendre que culturellement les malien aime bien se crier un sur l’autre, surtout l’ethnie de mon homologue partenaire, mais vraiment, là il a plus que dépassés les bornes. Il va sens dire que depuis il a un froid entre nous… Et que cette histoire ne joue pas en ca faveur pour que je prolonge mon contrat.

Le jeudi 19 au soir, Philippe Jean (Directeur régional du CECI en Afrique) et Alassane (Directeur CECI-Mali) ont organisés une soirée sur le toit du bureau avec tout les partenaires et coopérants. Il va sen dire que cela fut une belle soirée pour échanger avec tout le monde, ainsi que pour bien manger.

Le lendemain midi j’allais manger avec le mari d’une des coopérantes du programme, mais également le directeur des programmes de l’ACDI au Mali. Nous avons vraiment beaucoup échangé et discuté. Non seulement il m’a donné plusieurs trucs, mais également donné des contacts et des moyens de mettre mes expériences en valeur ainsi que me guider dans mes choix de contrats/emplois afin d’atteindre mon ultime but de carrière. Bref, ce fut un repas fort intéressant et enrichissant. Maintenant il faut mettre le tout en pratique et travailler fort pour obtenir ce que je veux.

Dans la nuit de vendredi à samedi il y a eu une méga tempête, je vous assure c’était complètement débile, le vent soufflait tellement que le lendemain, bien que tout les fenêtres étaient fermées j’avais plus de 1 pouce de poussière partout dans la maison. Je vous assure, juste le temps de me lever du lit pour aller fermé la fenêtre de ma chambre j’avais tout plein de petites roches et grain de poussière dans mon lit. Le matin dès ma sortie du lit j’ai laissé mes traces de pas sur le sol poussiéreux. Résultat, j’ai passé plus de 2 heures à balayer partout, forcément ne voulant pas que le vent des ventilos bouzille mon boulot j’ai fait le tout dans la chaleur la plus total… Ce qui m’a permit d’avoir encore plus de reconnaissance pour les bonnes maliennes!

Samedi le 19 juin, était un grand jour, Alpha Blondy donnait un concert au Stade Modibo Keita.

IMG_0246.jpg

Tout le monde en parlait depuis des semaines, évidement notre petit groupe avions nos billets et avions préparé notre soirée depuis un moment. Les gens nous avait également dit que cela pouvait devenir rock n’roll, donc nous avions décidé de prendre des billets au sol là ou il y a plus de présence policières et donc par déduction occidental plus de sécurité…. Oh là, là mes amis….. Cela fut tout le contraire. Bien que nous avions payé le double du prix des gens des extrades il était super compliqué d’avoir accès a la porte d’entrée du centre du stade (la ou il y a la pelouse), nous nous sommes fait tellement bousculer et tirailler… Je vous assure, tous avons mangé des coups de matraques… Une fois dans le stade, les comptoirs de vente de bières/eau/sucreries et autres était plus occupé par des policiers, armés et autre personnel de sécurité que de spectateur! Résultats, ainsi durant la soirée des cordons de sécurité se formait et tous étions littéralement bousculer pour ne pas dire projeter vers l’arrière… subissant ainsi encore une fois des coups et blessures.

Bon, disons que je suis restée très amère de mon expérience et avec ce mouvement de foule imprévisible vous concertez a dire qu’il est difficile de pleinement apprécier le spectacle. En plus, personnellement je trouvais que l’ambiance était pas super, du moins sur la pelouse, tous étions sur nos gardes et finalement je n’ai pas trouvé Monsieur Blondy aussi dynamique que je me l’imaginais.

Le lendemain, dimanche j’ai prit tout mon temps pour me lever du lit, mon corps était en douleur de partout, et que dire de la fatigue, nous étions rentrée aux petites heures du matin… La journée a été tranquille à la piscine de l’hôtel Sofitel

IMG_02591.jpg

suivi d’un bon souper au Café Broadway… Resto typique « américain »… une fois de temps en temps ca fait de manger de la bouffe de chez nous…. Et surtout de manger des desserts cochons!

IMG_0264.jpg

Lundi matin, 10 jours après que mes parents m’est envoyés un colis qui devait prendre quelques jours pour arrivé a ma porte j’ai décidé de prendre les choses en mains sérieusement. Non mais, vraiment… il y a des limites… DHL (la compagnie de poste privée express!) a dit a ma mère que le colis était a Bamako en dédouanent, alors que le tracking #, indique que le colis est a Dakar au Sénégal. Quelques coups de téléphones d’ici m’indiquent également que le colis est à Bamako depuis 4 jours. Je me rends directement a l’aéroport, après avoir négocié avec la directrice d’un projet du CECI pour avoir un véhicule et un chauffeur, ce chauffeur étant mon grand-frère. Bref, nous avons quitté pour l’aéroport à 11h et nous étions de retour au bureau à 14h15. Non mais tout ce temps à courir d’un bureau a l’autre pour faire libéré mon colis et se sans payer. Car me semble que si le colis doit être livré a la porte cela veut dire par définition qu’il n y a plus rien à payer. Mais là parce que mon colis est bloquer là bas, je dois payer 35 $ de frais de dossier de douane (car on n’avait oublier t’écrire mon # de téléphone et celui du CECI) et donc on pouvait pas me téléphoner pour me dire que le colis était arrivé, alors que le numéro était écrit sur la boite ET surtout que le superviseur de DHL est capable de me nommer le noms de 3 personnes qui travaille au CECI (DHL est la seul compagnie avec le CECI fait affaire pour tout leur envoi postaux internationaux!) mais n’arrive pas a trouver le numéro de téléphone du bureau. Non, mais! Donc parce que DHL a du ouvrir un dossier de douane et que mon colis a occupé de l’espace dans l’entrepôt je dois payer pour son séjour la bas (l’entrepôt devait faire 20m par 20m et contenait au maximum 6 colis!). Le montent exiger était de plus de 250S. Finalement après mainte négociations et rencontres (Merci grand frère), on signe les documents et on me charge 1$ de frais pour les photocopies des documents. Non mais finalement le tout est de leur faute de pas n’avoir travaillé fort, fort pour trouver le numéro de téléphone du CECI-Mali, ou même d’avoir téléphoné mes parents a Montréal pour avoir mon numéro ici, ou encore de simplement regarder sur le colis qui avait tous les numéraux de téléphones directement sur l’étiquette. Bref, j’ai finalement pu avoir accès a mon colis, une fois que les douaniers est ouvert le tout est littéralement vidé tout son contenu directement sur le sol. Je suis repartie avec tous mes trucs à moitié dans la boite et dans un sac de plastique, car on me pressait de quitter les lieux, pour des raisons de sécurité!!!! Les jours suivant j’ai distribué a des amis les quelques cadeaux que j’avais fait venir et surtout manger mes goodies envoyés par mes parents :).

La moral de cette histoire… ne plus faire parvenir de colis au Mali au du moins avec DHL.

Mardi le 24 juin journée de la St-Jean, Annie nous as tous (coopérants et certain amis malien, dont Chaka) gentiment invitée chez elle. Il faut dire que nous avons beaucoup mangé, il y avait même de la poutine :) que certain amis malien on pas trouver très bon, écouter de la musique québécoise, danser et placoter. Une belle petite soirée bien amusante entre gens du pays.

IMG_0273.jpg
IMG_0271.jpg

Voilà les dernières nouvelles
A +

Posted by Oumou 06:12 Archived in Mali Tagged volunteer

Email this entryFacebookStumbleUpon

Table of contents

Be the first to comment on this entry.

This blog requires you to be a logged in member of Travellerspoint to place comments.

Enter your Travellerspoint login details below

( What's this? )

If you aren't a member of Travellerspoint yet, you can join for free.

Join Travellerspoint