A Travellerspoint blog

Tempêtes, musique et village de Sanacoroba

sunny 40 °C

Bonjour à tous!

Je souhaite de tout cœur que cette entrée va vous trouver en pleine forme…. Et avec le sourire aux lèvres…. Il semblerait que le soleil et la chaleur est finalement trouvés leurs chemin jusqu’à vous!!

Ici, bien la chaleur se fait toujours aussi présente, certaine journée (47 degré fut le record jusqu'à présent) plus que d’autre, hier matin, il fessait 23 degré… je me suis même prise a dire… « mais il fait froid ce matin! ». En fait les changements climatiques, ainsi que la déforestation affectent grandement Bamako. Rare qu’il pleut dans la saison chaude, une ou eux grosse pluies, la pluie des manques que l’ont dit; mais là depuis mercredi dernier 3 bonnes et grosses pluie ont eu lieu. Celle de samedi a été quelque chose mes amis! Une chance que j’étais a la maison et encore plus que Caroline et Julie étaient avec moi. Il pleuvait et ventait tellement fort, que la vitre de ma porte claquait, pour finalement sortir de son soutient et donc a 3 nous devions tenir la porte et la fenêtre pour éviter que la tempête entre dans mon appartement, tout cela avec les 2 pieds solidement trempé, car l’eau plus que jamais a rentré, pour finalement voir de la grêle tombé sur mon balcon! Vous vous imaginez…. Et pas des petits morceaux, des trucs facilement de la grosseur des 10 sous canadien. Bref, après un bon 30-40 minutes de rire, a pousser la vite, le tout a arrêté… une chance! Le lendemain (dimanche le 20 avril), vers la même heure, un autre orage c’est manifesté, personne était a la maison, tous étions a la piscine… a mon arrivé, la porte n’était plus vraiment dans on socle… le proprio a été avertit sur le champ, son menuisier est passé … il affirme comme moi qu’il faut faire des réparations… maintenant reste à savoir quand le tout sera effectué!!??

19_avril_027.jpg

Depuis mon dernier roman le boulot a finalement décollé, comme dit a certain cela avance avec des roues carrées, mais ca avance… le temps va peut-être finir par arrondir les coins pour finalement prendre une bonne vitesse de croisière…. Mais en même, il faut être réaliste, 2 mois on passé sur les 7 de mon mandat. Ayant finalement pu mettre la main sur certaine informations, via la rencontre de 3 groupes cibles (tous ayant débuté avec plus de 90 minutes de retard, mais tous tenait absolument a ce que nous terminions a l’heure dite sur l’invitation!), j’ai constatée que non seulement il me serait impossible de compléter mon mandat en entier (suivi ET évaluation d’activité, projet et programme), mais qu’aucune structure de communication et de reportage existe entre le bureau national de coordination des activités et ses 2222 partenaires (je ne me suis pas accrochée dans le piton, il y a bien deux milles deux cent vingt deux partenaires membres de la CAFO). Donc, je dois revenir a la base et tenté d’établir un système de communication, car sans système de communication organisationnelle, il est comme un peu difficile de faire du suivi et évaluation d’activité, de projet et de programme…. Mais vous savez comme moi que je suis loin d’avoir une formation en communication et encore moins en communication organisationnelle, donc vivement google et internet!

Suite a mon dernier rendez-vous avec vous, j’ai assistée, avec Martine, Youssouf, Bintout et Ousmane, a un gala de boxe entre la commune I et IV (Bamako est divisé en 6 communes qui est constitué de plusieurs cartiers, donc je suis du cartier ACI 2000 Hamdallaye de la commune IV). Bref, cela fut une soirée fort intéressante, moi qui a jamais assister a un truc de ce genre. Le ring avait été monté dehors sur le terrain de basket, il y avait plus de 200 personnes de tous les âges. Le ministre du sport était là, ainsi que le directeur national du comité de boxe Mali, bref vous voyer le genre… Pour éviter aux boxeurs d’être accablés par la chaleur, le tout devait débuter à 21hrs, toutefois, comme toute activité malienne le tout à débuter avec beaucoup de retard. Nous n’avons pas assisté au gala dans son entier, surtout que les commentaires – en simultané sur la radio national- se fessaient avec beaucoup d’enthousiasme, d’entrain et en Bambara, de quoi donner mal a la tête de toute personne ne comprenant rien au Bambara…

Les jours suivant cette expérience de boxe, Martine est rentrée au Canada et Caroline est arrivée. Cette dernière reste chez moi a la demande du CECI et de l’équipe de tournage qui la suit pour faire un documentaire sur la vie de coopérant, mais soyons honnête, son séjour est loin de représenter la réalité des coopérants. Le reportage sera télédiffusé dans quelques mois a RDI (me semble), donc je vous tient informé car cela pourra quand même vous donner une idée de la ville et de certaine réalité de mon quotidien (ex. la circulation, le bruit, le soleil...).

Le premier vendredi de chaque mois il y a le GRIN a l’ambassade, soirée ou tous les canadiens et australien peuvent se réunir et discuter, cela était fort sympa, j’ai d’ailleurs fait quelques connaissances fort intéressantes pour mon avenir professionnel… Stay tune! Mais, malheureusement, cela ne fut pas une occasion de rencontrer d’autre canadien de mon âge… disons que la moyenne d’âge tournait autour de 60 ans….. Mais bon, on verra le mois prochain!

Samedi le 5 avril a certainement été une soirée les plus mémorables, du moins jusqu'à présent, de mon séjour à Bamako. Sous l’invitation d’un ami malien de Julie (une autre coopérante du CECI) nous nous sommes allés voir un méga spectacle au stade (de foot) Modibo Keita. Ce spectacle lançait la semaine de la jeunesse malienne. Des invités de marque était présent, tel que Habib Koité et Ticken Jah Fakoly. Le tout débutait a 18h, mais ces deux derniers on seulement monté sur les planches lorsque 23h30 a sonné. Dans tous les cas, je peux dire que ceci fut mon vrai baptême de bain de foule africain, aller au marché a côté de cela, y’a absolument rien là, je crois que dire que nous étions plus de 5000 n’est pas exagéré !!! Disons qu’il y avait de l’énergie dans l’air, tout le monde connaissaient les chansons, cela dansait comme des fous… et au lieu d’avoir des gens qui crient « hot dog, coke, pop corn »… c’était « lait, maïs, jus » disons que cela est un peu spécial, ainsi que voir de jeunes, très jeunes, enfants ramasser les bouteilles vides, malgré l’heure très tardive. Bref, cela fut agréable comme soirée omis des gens qui fessait sauté des feux d’artifice directement dans le stade et de leur main et des gens qui lançait les bouteilles d’eau. De plus il faut oublier la retransmission sur grand écran, la scène était vraiment au centre du stade, et la visions n’était pas très bonne, on disait même a la blague, qu’il aurait très bien pu nous faire accroire que c’était les invités et en fait c’était des imitateurs car on voyait rien et avec tous les gens qui chante… pas besoin d’entendre le chanteur!

Le retour a la maison a été assez tardif, ou pour être plus juste très matinale. Mais je dois dire que les heures avant le spectacle au stade vont certes aussi faire partie de mes tops 10 de mon séjour actuel. Julie est moi sommes allé rejoindre l’ami qui nous avait invité en question, Oumar de son nom, a son kiosque d’artisanat dans le marché des artisans…. Alors que nous attendions, un groupe composé de Oumar même c’est mit à jouer du djembé…. Vous comprenez que j’ai rapidement eu un sourire aux lèvres, bien qu’il voyait que je connaissais certain rythmes, leur vitesses était pas mal trop rapide pour moi… mais j’ai pu prendre contact avec eux et il sera possible de faire des cours, quand je le veux… mon seule problème est que cela est vraiment centre ville Bamako… au grand marché, place que j’essai réellement d’éviter pour l’odeur et le chaos qui y domine.

Malheureusement, nous avons point immortalisé ces moments de notre soirée, car sachant que nous étions pour être dans des bain de foule (au marché et au stade) nous avions apporter le minimum des minimums et pas de sac… mais ce qui est bizarre, et qu il ma été impossible de trouver trace du méga spectacle dans les journaux locaux!

Dimanche il y a deux semaines (le 13 avril) Caroline, Julie et moi sommes partie en brousse dans un village à 40 KM de Bamako, Sanacoroba pour être plus précis. Julie, qui a déjà fait un stage au Mali avant on mandat avec le CECI était poster a ce village et donc a plusieurs connaissances. Nous sommes donc partie la bas en soutrama – genre de mini bus qu’on enlève les bancs pour les remplacés par des planches de bois que l’ont dispose autour ainsi laisser un vide dans le milieu…. Pour mettre de la marchandise! Je dois dire que nous étions tassé et pas à peu près (voir photo), oui c’était ma première fois, quoique très économique comme moyen de transport autant en ville qu’en brousse ainsi que pour faire la liaison entre le deux, cela est point confortable a la limite du stressant car on voit aucunement la ou on va! Le trajet a relativement bien été, en moins de 40 minutes nous étions à Sanacoroba. Le paysage entre les deux était vraiment désertique, lors de mon dernier passage c’était la saison de pluie donc relativement vert, mais là c’était très poussiéreux et tous les dégradés de brun y étaient. Un autre ami de Julie nous attendait Bourlaye de son nom, il travail souvent avec des canadiens et donc il était vraiment sympa de parler avec lui comme on le fait entre nous sans pour autant parler avec un français correct pour se faire comprendre, il nous a même apprit un truc qui nous a fait assez rire, selon vous que veut dire « suggestion soutenu »? Cela est la façon poli de dire… c’est un ordre!

13_avril_049.jpg
13_avril_072.jpg
13_avril_047.jpg

Bourlaye est un artisan de bogolan, tissu que l’ont teint traditionnellement avec les éléments de la nature. Il a prit le temps de nous montrer à moi et Caroline chacune des étapes ainsi que les motifs, disons que cela est un travail de très longue haleine, mais malgré tout il m’a proposé de venir (durant la saison des pluies, car il fait pas mal moins chaud) prendre un cours et de faire mon propre morceau... donc cela est à suivre.

IMG_0072.jpg

Autre que son atelier, nous avons marché avec lui dans le village (voir photos), les gens étaient tous super sympa. Nous sommes même allé à un village d’enfant SOS façon de dire ici un orphelinat, en marchant sur la route pour s’y rendre un homme nous à embarquer dans sa boite de pick-up pour nous y déposer directement a la porte.

Franchement, comparativement à mon expérience du Rwanda, les enfants semblaient pas mal plus en santé et heureux! Pour une mère et une tante (qui est partagé avec 2 mères) il y a 10 enfants. Chaque mère a sa maison avec sa cuisine, les salles d’eau (pour gars et filles) avec toilettes intérieur, eau courante, électricité, salle de rencontre, il y a 4 chambres plus celle pour la mère et pour la tente, il y a 3 écoles sur le site et quand les enfants atteigne 18 ans ils sont transféré a la maison des jeunes a Bamako. Les mères sont des employés de l’état et donc 5 jours de vacances par mois, donc elle rentre auprès de leur famille et la tente prend la relève. Bref, cela semble bien fonctionner comme système. Alors que nous nous marchions dans le village une tornade de sable nous a tous prit par surprise, aussitôt arrivé elle est partit, mais la poussière que ce truc à soulever était assez fou merci, et voir tous les sacs de plastique noir (ici c’est vraiment un gros problème de pollution) s’envoler dans le ciel… complètement allusionnant, malencontreusement la photo ne rend point justice au phénomène. Sur le chemin du retour, nous étions tous encore une fois entasser dans un soutrama, cette fois-ci avec des pintâtes a nos pieds… elles laissez-moi vous dire qu’elles étaient vivante et qu’elles aimaient nous pigosser les pieds… il était pratiquement impossible de bouger car au centre il y avait une méga boite avec des mangues, bref… le retour fut dans le fou rire le plus complet.

IMG_0085.jpg
13_avril_100.jpg
13_avril_115.jpg

Samedi dernier j’ai été invitée par un des groupes de femmes avec qui je travaille à la CAFO à une activité génératrice de revenu. Nous avons transformé du fonio. Cela ressemble sensiblement au couscous, mais plus nutritif. Le tout ce fait en plusieurs étapes, une fois le fonio cultivé, il faut le tamiser pour enlever les brindilles et autres éléments non désirable comme les roches et les insectes, puis il faut le séparer du sable. Cette deuxième étape est la plus longue, avec des mouvements de cercle dans l’eau le sable et le fonio se séparent. Ensuite, il faut le faire cuire à la vapeur. Une grosse marmite pleine d’eau est directement déposée sur le feu, puis une plus petite est déposée pardessus entre les deux un mélange d’herbe vert fluo assure l’herméticité de la superposition des marmites. Une fois le tout cuit, on met au soleil pour la déshydratation, ensuite on met dans des sacs de 1 kilo, puis on met sur le marché. Au gros soleil ce groupe de femme a passé la journée a faire de la transformation, elles font le même processus ou presque avec les légumes et des fruits, car a un certain moment de l’année, il semblerait que l’achat de certain d’entre eux coute très, très cher donc en ayant accès a ces produits déshydraté les femmes peuvent quand même les mettre dans leurs sauces et cuisine.

IMG_0107.jpg

Voila 2 mois que je suis ici et je dois dire que je commence a avoir certain fringale de bouffe…mais a ma grande surprise, ce qui a fait ma journée, j’ai trouvée les petites pâtisseries pour faire des vol-aux-vents! Pour ceux qui me connaisse vraiment bien vous savez que cela est mon plat préféré… donc dès que je trouve un poulet qui est un peu plus charnu qu’un pigeon, je vais me faire un super souper mes amis. Sinon, jusqu’à présent je me suis fait du pâté chinois alors que Françoise, me fait quelque plats par semaine, avec la chaleur je suis rendu une vrai herbivore et bouffe vraiment plus de salade (de toute sorte) que n’importe quoi d’autre.

Oh! Une petite anecdote, a défaut d’avoir des magasins à 1 $ j’ai vu l’autre jour , en allant au boulot, une boutique qui affichait en gros « Tout a 1000 Fran CFA »! Hahahaha! [ a titre indicatif 1$ Can = 450 Fran CFA]

WOW tout un roman que je vous ai écrit là. Avec le système du blog, je compte écrire sur une base plus régulière… Bref on va voir, si je vais y arriver!!!

Bon je vous laisse sur cela,
N’oubliez pas que cela est toujours un grand, grand plaisir de vous lire… donc ne vous gêner pas pour me faire signe.

Posted by Oumou 15:03 Archived in Mali Tagged volunteer

Email this entryFacebookStumbleUpon

Table of contents

Be the first to comment on this entry.

This blog requires you to be a logged in member of Travellerspoint to place comments.

Enter your Travellerspoint login details below

( What's this? )

If you aren't a member of Travellerspoint yet, you can join for free.

Join Travellerspoint